Les articles 6 du décret n°50–581 du 25 mai 1950 et du décret n°50–582 du 25 mai 1950, la circulaire Boissinot n°2004–056 du 29 mars 2004 et différents courriers de la DGRH (du 16 mai 2011, 7 novembre 2016, 15 novembre 2017…) rappellent que pour « les professeurs donnant l’ensemble de leurs enseignements dans les classes préparatoires, les obligations maximales de service seront les suivantes à compter de la rentrée scolaire de 2004 :

Classes ayant un effectif de
plus de 35 élèves20 à 35 élèvesmoins de 20 élèves
Service pour un classe de deuxième année8 heures9 heures10 heures
Service pour une classe de première année9 heures10 heures11 heures
Lire la suite »

Lorsqu’en septembre 2023, G. Attal, alors ministre de l’Éducation Nationale décide le report des épreuves de spécialité en juin, pour la FNEC FP-FO et le SNFOLC, s’il était temps que le ministre entende les personnels sur leur demande de report de ces épreuves, on était loin du compte. En effet, le report des épreuves en juin maintenait l’essentiel des réformes Blanquer du lycée et du baccalauréat ainsi que Parcoursup, avec leurs conséquences.

Ainsi, le contrôle continu est devenu l’élément majeur du dossier scolaire de l’élève qui sera pris en compte dans Parcoursup.

Dans son rapport de juillet 2023, l’Inspection Générale constatait déjà « la pression ressentie par les élèves de première et de terminale à l’idée que toutes les notes de contrôle continu comptent, et celle tout aussi forte ressentie par les élèves de terminale à l’approche des échéances des épreuves de spécialité. […] pression sur les élèves, mais aussi sur les enseignants, avec une montée des contestations de notes de la part des élèves, voire parfois de leurs parents ainsi que des cas d’évitement stratégiques de contrôles ». La mise en place des spécialités contribue, selon le rapport de l’Inspection Générale, « à une concurrence malsaine entre les disciplines ».

Lire la suite »

Le « choc des savoirs » doit être abrogé ! Les revendications doivent être satisfaites !

Extraits de la Résolution de la Commission Exécutive Nationale du SNFOLC :

La Commission Exécutive Nationale du SNFOLC s’est réunie les 12 et 13 juin, alors que le président de la République a décidé de dissoudre l’Assemblée nationale en réaction aux résultats des élections européennes qui ont eu lieu le 9 juin. […]

La Commission Exécutive Nationale du SNFOLC considère que les élections du 9 juin ne font que confirmer que Macron et son gouvernement n’ont aucune légitimité à poursuivre la mise en œuvre de leur programme de guerre économique et sociale contre les droits et garanties collectives conquis par les travailleurs, afin d’imposer à tous la baisse du « coût du travail », et qu’ils accentuent depuis 2022 au nom de l’économie de guerre. […]

À l’Éducation nationale, la colère qui, depuis le mois de janvier, mobilise les personnels et les parents d’élèves contre le « choc des savoirs » et les suppressions d’heures et de postes créant des conditions chaotiques pour la rentrée 2024, est intacte.

Lire la suite »

Le 15 juin, des centaines de milliers de salariés et de jeunes ont manifesté pour exprimer leur rejet de l’extrême-droite et de ses idées racistes et xénophobes, et pour exprimer leurs revendications face à la politique de destruction des services publics et de remise en cause de tous nos acquis sociaux mise en œuvre par Macron et son gouvernement. De nombreuses manifestations sont encore prévues.

La FNEC FP-FO, qui a appelé sans aucune réserve à ces manifestations, était au côté des personnels de l’Enseignement, de la Culture et de la Formation professionnelle qui se sont mobilisés massivement.

Dans la période inédite et incertaine que traverse notre pays, la FNEC FP-FO entend plus que jamais jouer tout son rôle de fédération syndicale libre et indépendante et n’entend moins que jamais taire ses revendications.

Lire la suite »

Le 9 juin, le président Macron a dissout l’Assemblée Nationale à l’issue des élections européennes, provoquant le chaos.

Pour le bureau de l’Union Départementale FO du Puy de Dôme, le résultat des élections européennes du 9 juin est une déroute totale pour le président Macron et son gouvernement.

C’est la conséquence de son refus d’entendre et de satisfaire l’exigence de l’ultra majorité des salariés, des jeunes, des citoyens opposés à la réforme des retraites et autres réformes anti-sociales, opposés à la destruction des services publics, opposés à la stagnation des salaires, opposés à la diminution des droits, opposés à l’utilisation du 49.3 pour faire passer en force sa réforme des retraites.

Lire la suite »

La commission exécutive réunie à Valence le 13 juin 2024 déclare dans un communiqué :

Qu’on le veuille ou non, la dissolution de l’Assemblée Nationale lorsqu’on détient « la majorité que l’on sait », est un aveu d’échec ou pour le moins d’impuissance.

Force Ouvrière n’entend pas s’immiscer dans le débat politique qui appartient aux citoyens. Cependant nous considérons, d’ores et déjà, que la dissolution ne fera pas taire le mécontentement des salariés et la nécessité pour les plus démunis de se faire entendre.

Lire la suite »

Dégradation du climat scolaire, hausse de la violence à l’école contre les personnels, contre les élèves. Les agressions se multiplient au point que cette violence se banalise, que les personnels renoncent à signaler les agressions dont ils sont victimes ou renoncent à se défendre. Lundi 27 mai, à nouveau, trois ans seulement après le meurtre de Samuel Paty, six mois après celui de Dominique Bernard à Arras le 13 octobre 2023, ou encore l’agression d’une collègue de Rennes, une professeure d’Anglais a été agressée au couteau durant son service dans un lycée du Maine-et-Loire. Tout cela concourt à une grande détresse des personnels.

Lire la suite »

Il n’y a pas de « bonne » application de la réforme qui vaille !
Le choc des savoir doit être abrogé !

La direction générale de l’enseignement scolaire, en lien avec l’inspection générale et des professionnels de terrain – mais on se demande bien lesquels -, a sorti le manuel d’accompagnement pour la mise en place des groupes de niveaux en mai 2024. Cette organisation implique un changement en profondeur du métier d’enseignant de Mathématiques et de Lettres. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une véritable machine à dégrader les conditions de travail de tous les personnels.
Petits extraits de ce vade-mecum…

Lire la suite »

On se rappelle que fin avril, dans le cadre de la réduction des crédits de 700 millions d’euros à l’Éducation Nationale, le ministère avait demandé aux rectorats de reprendre les budgets correspondants aux Heures Supplémentaires (HSE) et Indemnités pour Missions Particulières (IMP) non consommées dans les établissements.

Ce gouvernement, qui ne fonctionne que par le mépris et les coups de force, a finalement été contraint de reculer sous la pression des personnels et la menace des mobilisations. Craignant la colère et l’explosion, le ministère annonçait en plein 1er mai que les moyens étaient conservés jusqu’à la fin de l’année.

Hold-up sur les HSE et IMP
Lire la suite »

Fin avril, la FNEC FP-FO a de nouveau porté les revendications des AESH lors d’une audience au ministère. Cela a été l’occasion d’aborder des dossiers précis remontés des académies et des questions urgentes comme le problème des jours de fractionnement, les indemnités de déplacement, les cédéisations forcées, celles qui ne respectent pas l’ancienneté ou les droits à congés acquis. Il nous a été par ailleurs confirmé la mise en place de la subrogation dans toutes les académies début 2025 et la tenue d’un GT sur le cadre de gestion.

Lire la suite »