Quand l’économie prend le pas sur le respect des règles sanitaires, le gouvernement met délibérément les personnels et les élèves en danger. C’est révoltant !

La décision du président Macron et du ministre Blanquer est d’une gravité sans précédent.
Après des semaines où l’impréparation (au bout d’un mois de confinement, les masques commencent à arriver mais en nombre insuffisant) le dispute à l’absurdité (utiles quand il n’y en a, les masques deviennent inutiles quand il n’y en a plus…) et au mépris (les déclarations de la porte-parole sont dans toutes les mémoires), l’annonce d’une reprise progressive des cours le 11 mai suscite une profonde colère et inquiétude chez les personnels de l’Education nationale.

  • Un tissu de contradictions.
  • Le ministre et le gouvernement ne donnent aucune garantie aux personnels. Alors pourquoi vouloir les exposer délibérément à une contagion de masse ?
  • Une seule explication : pour relancer l’économie, le gouvernement choisit de libérer les parents de la garde de leurs enfants.
  • La priorité reste la protection de la santé des personnels et des élèves.
  • FO refuse que les enseignants et les personnels de vie scolaire aillent travailler la peur au ventre.

Pour lire le communiqué SNFOLC du 14 avril en intégralité…

Ce contenu a été publié dans Coronavirus, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.