La mobilisation contre le choc des savoirs, contre le saccage de l’École publique et pour la hausse des salaires commence à s’organiser.

L’AG inter-établissement qui s’est tenue à Issoire mardi 26 mars au soir marque le début d’une résistance qui s’organise contre les réformes Attal-Macron. Prenez connaissance du communiqué intersyndical qui émane de cette réunion 1er et 2nd degré. Faites-le circuler !

Après le 93, ce sont tous les départements de France qui commencent à s’organiser et à se mobiliser. Progressivement, les personnels, soutenus par leurs organisations syndicales, cherchent les moyens de résister face à cette nouvelle offensive contre l’École publique.

Lire la suite »

L’affaire est actée : la petite dizaine de recteurs qui cherchait encore à imposer le texte sur les groupes de niveaux à l’enseignement catholique a baissé les bras ces dernières semaines. Le privé n’est pas tenu de l’appliquer, affirme au magazine « Marianne » l’enseignement catholique qui dit par ailleurs ne disposer d’aucun poste pour mettre en œuvre cette réforme.

Lire la suite »

Grève et manifestation…

départ : 10h30 Place Delille à Clermont-Ferrand
arrivée : Rectorat

À l’appel de l’intersyndicale Éducation Nationale (FSU, CGT, FO, SUD, UNSA, CFDT, CNT)

Les arrêtés et décrets publiés le 17 mars et la note de service du 18 mars confirment nos analyses : il s’agit bien d’organiser des groupes de niveau, donc de trier les élèves ce qui va immanquablement creuser les inégalités, comme l’a montré la recherche. C’est bien une école du tri social que Nicole Belloubet et Gabriel Attal mettent en place. Derrière la promesse d’une plus grande flexibilité, ce sont en réalité des contraintes d’organisation et pédagogiques qui vont lourdement fragiliser notre liberté pédagogique et de casser la relation forte et continue avec les classes et les élèves. C’est bien le cœur de notre métier qui est attaqué.

Lire la suite »

Isolé, Gabriel Attal multiplie les provocations et enfonce le clou sur le « choc des savoirs » !

Plutôt que de répondre à la colère générale provoquée par les suppressions de postes et les fermetures de classes, les 700 millions de coupes budgétaires, les contre-réformes, le gel du point d’indice, Gabriel Attal continue de mettre la pression sur l’École publique et ses personnels avec un Arrêté.

Sur le « choc des savoirs », contre lequel les personnels sont toujours plus mobilisés, le premier ministre enfonce le clou : « les groupes de niveaux seront la règle à la rentrée ».

Et c’est ce qu’il a fait ce dimanche 17 mars en publiant au Journal Officiel l’Arrêté du 15 mars 2024 modifiant l’arrêté du 19 mai 2015 relatif à l’organisation des enseignements dans les classes de collège :

Lire la suite »

Grève nationale dans toute la Fonction Publique pour l’augmentation des salaires

Le pouvoir d’achat s’effondre, accentué par une inflation forte et non compensée depuis 3 ans. Avec le gel du point d’indice, c’est 28% de perte de pouvoir d’achat en 20 ans. Les conséquences sont que les fonctionnaires peinent de plus en plus à vivre de leur salaire. On assiste à une smicardisation des payes pour les débutants et à une trop lente augmentation des salaires au fil de la carrière. Comme l’a toujours dit FO, PPCR est un leurre.

Quant à nos collègues AED, AESH ou contractuels, c’est la galère pour boucler les fins de mois !

Il est de plus en plus difficile de remplir le frigo, mais ça ne suffit pas : Bruno Le Maire annonce 10 milliards d’économies sur les services publics en 2024 et 20 milliards en 2025 !

Lire la suite »

Un Comité Social d’Administration Spécial Départemental a eu lieu le 12 février à la suite du vote unanime des organisations syndicales (FO, FSU, UNSA) contre la dotation 1er degré et collèges.

L’Inspecteur d’Académie du Puy-de-Dôme est totalement dépassé par l’ampleur des mesures qu’il doit mettre en œuvre.

Comme il le précise : « à la suite de la visioconférence avec les chefs d’établissement, nous sommes confrontés à des situations très inégales selon les collèges ». « On est dans une période d’entre-deux, on attend les directives… » « On arrive au bout d’un système ».

Lire la suite »

Ensemble nous disons « NON » au « Choc des savoirs »

Le ministère s’entête à vouloir mettre en place le projet conservateur et passéiste du « choc des savoirs » présenté il y a quelques mois par Gabriel Attal devenu Premier ministre. Ce projet est néfaste à l’École pour les élèves et pour les personnels. Au lieu d’en guérir les maux, il renonce à les voir et va les accroitre.

Lire la suite »

Dessin de Colm

En application du projet de loi de finances (PLF) fondé sur une logique d’austérité budgétaire et passé sans débat et sans vote par le 49–3 à l’Assemblée nationale, il était programmé la suppression de 484 ETP (équivalent temps plein) d’enseignement pour une baisse d’effectifs attendue de 7 831 élèves, soit un postes supprimé pour 16 élèves en moins.

Rétropédalage

Forcé de constater que ces suppressions de postes d’enseignants à la rentrée 2024 ôtait toute crédibilité à son « choc des savoirs », craignant que la présentation de dotations globales insuffisantes dans les établissements ne déclenche un mouvement de protestations incontrôlable, le ministre Attal a présenté au CSA ministériel du 21 décembre un « schéma d’emploi » remanié. Dans les faits, les 484 suppressions d’emplois d’enseignants du second degré inscrites au projet de loi de finances 2024 ne sont pas annulées, mais plutôt compensées par l’apport d’emplois complémentaires à hauteur de 1 058 ETP, permettant au ministre d’afficher pour le second degré une variation positive (+ 574 ETP) des moyens d’enseignement second degré.

Ce qui n’empêche pas que 13 académies perdent des postes et que 6 ne bénéficient d’aucune création, l’expérience montrant par ailleurs que même des dotations positives au niveau académique ou départemental peuvent se traduire par des suppressions de postes dans les établissements.

Lire la suite »

Le point d'indice - Colm

À compter du 1er janvier 2024, 5 points sont ajoutés à tous les indices majorés dans les grilles de rémunération indiciaires de la Fonction Publique, pour les titulaires comme pour les non titulaires, l’indice minimum de traitement passant pour sa part de 361 à 366. L’effet en sera visible dès la paye de janvier : le point d’indice étant valant actuellement 4,92 € mensuels, l’augmentation sera de 24,60 € bruts pour un temps complet (inférieure en cas de temps partiel ou de temps incomplet, comme c’est en particulier le plus souvent le cas pour les AESH).
Cette augmentation aura un impact sur tous les éléments indexés sur le point d’indice : part variable du SFT, indemnité de résidence, NBI, heures supplémentaires.

Lire la suite »

Pour le SNFOLC, la propagande relayant complaisamment les annonces médiatiques du ministre Attal ne peut camoufler la réalité : dans la continuité de ses prédécesseurs, il poursuit le plan de restructuration – liquidation de l’école publique.

Il maintient les réformes Blanquer du lycée et du baccalauréat : le contrôle continu qui a supprimé la valeur nationale du diplôme et a transformé le baccalauréat en diplôme local, les pressions sur la notation des enseignants et le stress sur les élèves qui en découlent, les spécialités qui font exploser les emplois du temps, placent les disciplines en concurrence les unes avec les autres, suppriment le groupe classe.

De manière constante, les réformes dans l’Éducation nationale se sont accompagnées de la remise en cause des conditions d’instruction : moins d’heures de cours, moins de groupes, moins de dédoublements, de moins en moins d’enseignement disciplinaire, moins de postes, et toujours plus d’élèves par classe !

Lire la suite »