Un premier recul qui en annonce d’autres !

Comme la FNEC FP-FO l’avait dénoncé lors des réunions de travail concernant la réforme de la formation des enseignants, il était inacceptable que des lauréats de concours se retrouvent en situation d’étudiants, « gratifiés » à 900 euros pour solde de tout compte, et expédiés à l’autre bout de la France, « masterisation » et continuité entre M1 et M2 y contraignant. C’est une atteinte inadmissible au statut et au concours.

À la veille du CSA ministériel qui se tenait le 27 juin concernant cette réforme, le ministère a annoncé que les lauréats de concours auraient finalement accès au statut, avec une position d’élèves fonctionnaires et une rémunération de 1400 euros nets par mois. La FNEC FP-FO se félicite de ce revirement de dernière minute. C’est le résultat de la mobilisation, c’est le résultat des dizaines de prises de position dénonçant cette réforme. C’est aussi le résultat des centaines de manifestations des travailleurs et de la jeunesse qui, depuis la dissolution, disent le refus de la politique du gouvernement et de l’extrême-droite, adoubée par Macron.

Lire la suite »

Les rectorats surchargés en prennent la gestion

Le 7 mai dernier, l’administration soumettait au CSA ministériel de l’Education nationale, de manière très précipitée, un décret de déconcentration de la gestion des professeurs agrégés.

Avec ce texte toutes leurs opérations de carrière devraient être transférées de l’administration centrale aux recteurs d’académie, qu’il s’agisse de leur classement à l’entrée dans le corps, de leur évaluation (rendez-vous de carrière), de leur avancement d’échelon et de grade.

Cette mesure, aux implications multiples, s’inscrit de fait dans la politique de coupes budgétaires massives du gouvernement et dans les orientations du projet de réforme de la Fonction publique préparé par M. Guerini.

Elle ouvre la porte à de nouvelles suppressions de postes et à une remise en cause des fondements mêmes du statut de tous les agents de l’Education nationale et des enseignants en particulier.

Lire la suite »

Lorsqu’en septembre 2023, G. Attal, alors ministre de l’Éducation Nationale décide le report des épreuves de spécialité en juin, pour la FNEC FP-FO et le SNFOLC, s’il était temps que le ministre entende les personnels sur leur demande de report de ces épreuves, on était loin du compte. En effet, le report des épreuves en juin maintenait l’essentiel des réformes Blanquer du lycée et du baccalauréat ainsi que Parcoursup, avec leurs conséquences.

Ainsi, le contrôle continu est devenu l’élément majeur du dossier scolaire de l’élève qui sera pris en compte dans Parcoursup.

Dans son rapport de juillet 2023, l’Inspection Générale constatait déjà « la pression ressentie par les élèves de première et de terminale à l’idée que toutes les notes de contrôle continu comptent, et celle tout aussi forte ressentie par les élèves de terminale à l’approche des échéances des épreuves de spécialité. […] pression sur les élèves, mais aussi sur les enseignants, avec une montée des contestations de notes de la part des élèves, voire parfois de leurs parents ainsi que des cas d’évitement stratégiques de contrôles ». La mise en place des spécialités contribue, selon le rapport de l’Inspection Générale, « à une concurrence malsaine entre les disciplines ».

Lire la suite »

Le « choc des savoirs » doit être abrogé ! Les revendications doivent être satisfaites !

Extraits de la Résolution de la Commission Exécutive Nationale du SNFOLC :

La Commission Exécutive Nationale du SNFOLC s’est réunie les 12 et 13 juin, alors que le président de la République a décidé de dissoudre l’Assemblée nationale en réaction aux résultats des élections européennes qui ont eu lieu le 9 juin. […]

La Commission Exécutive Nationale du SNFOLC considère que les élections du 9 juin ne font que confirmer que Macron et son gouvernement n’ont aucune légitimité à poursuivre la mise en œuvre de leur programme de guerre économique et sociale contre les droits et garanties collectives conquis par les travailleurs, afin d’imposer à tous la baisse du « coût du travail », et qu’ils accentuent depuis 2022 au nom de l’économie de guerre. […]

À l’Éducation nationale, la colère qui, depuis le mois de janvier, mobilise les personnels et les parents d’élèves contre le « choc des savoirs » et les suppressions d’heures et de postes créant des conditions chaotiques pour la rentrée 2024, est intacte.

Lire la suite »

Il n’y a pas de « bonne » application de la réforme qui vaille !
Le choc des savoir doit être abrogé !

La direction générale de l’enseignement scolaire, en lien avec l’inspection générale et des professionnels de terrain – mais on se demande bien lesquels -, a sorti le manuel d’accompagnement pour la mise en place des groupes de niveaux en mai 2024. Cette organisation implique un changement en profondeur du métier d’enseignant de Mathématiques et de Lettres. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une véritable machine à dégrader les conditions de travail de tous les personnels.
Petits extraits de ce vade-mecum…

Lire la suite »

C’est par la grève, décidée, organisée et reconduite par les grévistes eux-mêmes, avec le soutien des organisations syndicales FO, FSU, CGT et SUD, que les personnels ont imposé ce recul à la Région et au Rectorat.

Cette victoire est un point d’appui pour poursuivre le combat contre les politiques de Macron/Attal de liquidation de l’enseignement professionnel et de privatisation de l’École.

Les personnels du Lycée d’Espaly confirment ainsi que la méthode qui consiste à réunir les salariés, à lister les revendications, et de décider de l’action efficace, c’est-à-dire la grève et le blocage, pour les faire aboutir est la bonne !
Ils montrent la voie. Bravo à eux !

D’autres victoire sont à arracher ! N’hésitez pas à nous contacter pour vous aider à organiser une HIS dans votre bahut et pour faire connaître vos motions, vos revendications.

Un groupe de travail concernant l’ « École pour tous » s’est réuni lundi 13 mai. Les représentants du ministère reconnaissent que la question de l’École inclusive systématique est sensible : « On ne cherche pas à minimiser. On est d’accord qu’il y a des insatisfactions, des insuffisances. » C’est un euphémisme ! La FNEC FP-FO a réuni des milliers de collègues lors de réunions syndicales. Le constat est le même partout. La politique d’inclusion systématique et forcée conduit à des situations catastrophiques ! Suite à la conférence nationale du 17 novembre 2023, plus de 5000 personnels ont participé à la manifestation nationale à Paris le 25 janvier 2024.

Un premier résultat : abandon de la fusion programmée des AESH et des AED

Le gouvernement avait annoncé vouloir la fusion de deux fonctions totalement différentes (AED et AESH qui seraient devenus les ARE). Il prétendait ainsi lutter contre la précarité des personnels, en particulier AESH, pour effectuer en plus de leur fonction des fonctions d’AED. Cette annonce avait suscité la colère des personnels. Le gouvernement a décidé d’abandonner ce projet. La mobilisation des personnels, AESH en particulier, n’y est pas pour rien ! La FNEC FP-FO y a pris toute sa place ! Pour autant, les revendications des personnels AESH demeurent : un statut de fonctionnaire, un vrai salaire !

Lire la suite »

La bagarre s’organise depuis plusieurs mois dans le département, dans l’académie et au niveau national contre le « choc des savoirs ».

Les bahuts se mobilisent et s’organisent, parfois même à l’échelle d’un bassin ou d’un département. Des motions pour les CA, des appels et des informations aux parents sont rédigés lors des AG. Vous trouverez ici des exemples de documents pour vous aider vous aussi à vous organiser.

Lire la suite »

Ensemble nous disons « NON » au « Choc des savoirs »

Le ministère s’entête à vouloir mettre en place le projet conservateur et passéiste du « choc des savoirs » présenté il y a quelques mois par Gabriel Attal devenu Premier ministre. Ce projet est néfaste à l’École pour les élèves et pour les personnels. Au lieu d’en guérir les maux, il renonce à les voir et va les accroitre.

Lire la suite »

Un avenir meilleur pour les fonctionnaires et les services publics ?

Dans le contexte politique actuel, à la veille d’élections législatives anticipées, il est important pour la Fédération Générale des Fonctionnaires FO, 1ère organisation syndicale de la Fonction publique de l’État, de rappeler ses principes d’indépendance et de liberté.

Il est temps de sortir de ces décennies de politiques publiques et sociales contraires aux intérêts des fonctionnaires et agents publics, et au-delà des usagers qui voient disparaître le service public de proximité.

Il est temps de sortir du fonctionnaires bashing qui consiste à considérer l’agent public uniquement comme une dépense budgétaire.

Lire la suite »

Alors que Jordan Bardella indique dans les médias qu’il maintiendrait en cas de nomination au poste de Premier ministre la majorité des réformes Macron, et notamment la réforme des retraites portant l’âge minimum de départ à 64 ans, le député du Rassemblement National Roger Chudeau a présenté dans un entretien au journal Les Echos les mesures concernant l’Éducation nationale que son parti mettrait en place s’il venait à gouverner.

Pour rappel, Roger Chudeau, lors d’une réunion à l’Assemblée nationale, s’était illustré au côté des députés macronistes par ses propos dénigrants voire insultants à l’encontre des représentants syndicaux qui venaient pointer les problèmes rencontrés par les personnels : crise du recrutement, salaires, conditions de travail, inclusion et situation des AESH…

Force est de constater que là aussi, les mesures annoncées par le Rassemblement National poursuivent et aggravent toutes les contre-réformes mises en place par les gouvernements Macron.

Lire la suite »

Les articles 6 du décret n°50–581 du 25 mai 1950 et du décret n°50–582 du 25 mai 1950, la circulaire Boissinot n°2004–056 du 29 mars 2004 et différents courriers de la DGRH (du 16 mai 2011, 7 novembre 2016, 15 novembre 2017…) rappellent que pour « les professeurs donnant l’ensemble de leurs enseignements dans les classes préparatoires, les obligations maximales de service seront les suivantes à compter de la rentrée scolaire de 2004 :

Classes ayant un effectif de
plus de 35 élèves20 à 35 élèvesmoins de 20 élèves
Service pour un classe de deuxième année8 heures9 heures10 heures
Service pour une classe de première année9 heures10 heures11 heures
Lire la suite »

Le 15 juin, des centaines de milliers de salariés et de jeunes ont manifesté pour exprimer leur rejet de l’extrême-droite et de ses idées racistes et xénophobes, et pour exprimer leurs revendications face à la politique de destruction des services publics et de remise en cause de tous nos acquis sociaux mise en œuvre par Macron et son gouvernement. De nombreuses manifestations sont encore prévues.

La FNEC FP-FO, qui a appelé sans aucune réserve à ces manifestations, était au côté des personnels de l’Enseignement, de la Culture et de la Formation professionnelle qui se sont mobilisés massivement.

Dans la période inédite et incertaine que traverse notre pays, la FNEC FP-FO entend plus que jamais jouer tout son rôle de fédération syndicale libre et indépendante et n’entend moins que jamais taire ses revendications.

Lire la suite »

Le 9 juin, le président Macron a dissout l’Assemblée Nationale à l’issue des élections européennes, provoquant le chaos.

Pour le bureau de l’Union Départementale FO du Puy de Dôme, le résultat des élections européennes du 9 juin est une déroute totale pour le président Macron et son gouvernement.

C’est la conséquence de son refus d’entendre et de satisfaire l’exigence de l’ultra majorité des salariés, des jeunes, des citoyens opposés à la réforme des retraites et autres réformes anti-sociales, opposés à la destruction des services publics, opposés à la stagnation des salaires, opposés à la diminution des droits, opposés à l’utilisation du 49.3 pour faire passer en force sa réforme des retraites.

Lire la suite »