Grève nationale dans toute la Fonction Publique pour l’augmentation des salaires

Le pouvoir d’achat s’effondre, accentué par une inflation forte et non compensée depuis 3 ans. Avec le gel du point d’indice, c’est 28% de perte de pouvoir d’achat en 20 ans. Les conséquences sont que les fonctionnaires peinent de plus en plus à vivre de leur salaire. On assiste à une smicardisation des payes pour les débutants et à une trop lente augmentation des salaires au fil de la carrière. Comme l’a toujours dit FO, PPCR est un leurre.

Quant à nos collègues AED, AESH ou contractuels, c’est la galère pour boucler les fins de mois !

Il est de plus en plus difficile de remplir le frigo, mais ça ne suffit pas : Bruno Le Maire annonce 10 milliards d’économies sur les services publics en 2024 et 20 milliards en 2025 !

Lire la suite »

Le point d'indice - Colm

À compter du 1er janvier 2024, 5 points sont ajoutés à tous les indices majorés dans les grilles de rémunération indiciaires de la Fonction Publique, pour les titulaires comme pour les non titulaires, l’indice minimum de traitement passant pour sa part de 361 à 366. L’effet en sera visible dès la paye de janvier : le point d’indice étant valant actuellement 4,92 € mensuels, l’augmentation sera de 24,60 € bruts pour un temps complet (inférieure en cas de temps partiel ou de temps incomplet, comme c’est en particulier le plus souvent le cas pour les AESH).
Cette augmentation aura un impact sur tous les éléments indexés sur le point d’indice : part variable du SFT, indemnité de résidence, NBI, heures supplémentaires.

Lire la suite »

Après un premier GT centré sur l’entrée dans le métier et les concours, le ministre Attal a réuni les organisations syndicales le 21 novembre 2023 concernant la reconnaissance et l’attractivité pour les enseignants sur le sujet du « déroulé de carrière ». Quelles sont les pistes avancées par le ministère ?

Lire la suite »

Dès juin dernier et encore en cette rentrée scolaire, les ministres qui se sont succédé ainsi que le président Macron n’ont eu de cesse d’annoncer à grands renforts médiatiques une revalorisation « historique » des personnels de l’Éducation Nationale. Le ministre Attal continue d’affirmer que ce seraient « entre 125 et 250 € net de plus qu’à la rentrée précédente » que les personnels enseignants devraient toucher.

Les bulletins de paie du mois de septembre démontrent que les propos du ministre sont un nouveau mensonge… Comme l’était d’ailleurs l’annonce d’une augmentation de 10 % pour tous les enseignants annoncée par le président Macron durant la dernière campagne des élections présidentielles.

Lire la suite »

Ils se moquent de nous ! Retrait du « pacte » Macron-Ndiaye !
Augmentation de 10 % de la valeur du point, tout de suite !

Le ministre Guérini a présenté lundi 12 juin ses mesures concernant le pouvoir d’achat des agents publics :

  • Une augmentation de 1,5 % de la valeur du point d’indice au 1er juillet 2023 (ce qui signifie par exemple pour un agent gagnant 2 000 € par mois une augmentation de 30 € par mois)
  • L’attribution de 5 points sur toute la grille au 1er janvier 2024 (soit une augmentation de 25 € brut mensuels)
  • Une prime de pouvoir d’achat de 300 € à 800 € annuels pour les fonctionnaires dont la rémunération totale est inférieure à 3 250 € brut par mois
  • Une augmentation de la prise en charge des abonnements de transports en commun qui passerait  de 50 % à 75 %
Lire la suite »

FO décide de quitter les réunions avec le ministre Ndiaye !

Lors du GT du 25 janvier, la FNEC FP-FO a porté ses revendications. Le ministère y a confirmé sa volonté d’instituer un « pacte » avec les enseignants contre nos statuts, de développer la rémunération au mérite. Concernant la revalorisation dite « socle », il a confirmé qu’il ne s’agira que d’augmentations indemnitaires limitées à certains échelons, loin de compenser l’effondrement du pouvoir d’achat de l’ensemble des agents. Il refuse de répondre à la nécessité urgente d’augmenter le traitement indiciaire de TOUS les personnels sans contrepartie, de même que le ministre de la Fonction publique exclut l’ouverture de négociation pour revaloriser le point d’indice, alors que l’inflation explose.

Lire la suite »

Dans les écoles, les collèges, les lycées, les services, pour l’augmentation des salaires : Réunissons-nous, décidons la grève dès le 18 octobre !

La grève dans les raffineries Total Energies et Esso-ExxonMobil s’étend malgré la réquisition décrétée par le gouvernement Macron, inacceptable remise en cause du droit de grève. Les motions de soutien aux grévistes se multiplient, notamment de la part des syndicats, fédérations, unions départementales Force Ouvrière ainsi que de la confédération.

Les salariés des raffineries, en grève pour obtenir des augmentations de salaire au moins au niveau de l’inflation, ont raison, notamment au moment où Total Energies a réalisé plus de 30 milliards de dollars de bénéfice, alors que le PDG s’est augmenté de 50 % et qu’un dividende exceptionnel de 2,6 milliards dès 2022 a été attribué aux actionnaires !

Les salariés des raffineries nous montrent la voie.

La mobilisation est aussi engagée à l’Education nationale, où les professeurs de lycées professionnels se réunissent et décident la grève pour bloquer la réforme du lycée professionnel Macron-Ndiaye-Grandjean. L’ensemble des organisations syndicales dont le SNETAA-FO les appelle à débrayer le mardi 18 octobre.

Lire la suite »

Il n’y a aucune annonce sur la question salariale alors que le point d’indice est gelé quasiment sans interruption depuis 2010…

Le ministre entend multiplier des emplois précaires et sous-payés, sans aucune garantie de recrutement par ailleurs…

Il faut des créations de postes et un recrutement massif de personnels statutaires, y compris en ayant recours aux listes complémentaires…

Le baccalauréat doit être rétabli avec des épreuves nationales, terminales et anonymes…

Vous trouverez ci-dessous les différents tracts appelant à une grève massive le 27 janvier :
- tract du SNFOLC
- tract FNEC
- tract intersyndical national avec notamment la FCPE
- tract spécial AESH.

RDV à 10h place des Carmes à Clermont-Ferrand
(devant le siège de Michelin)
pour le départ de la manifestation.